Raphaël Künstler Professeur agrégé


Pour tenir compte des avancées récentes des enquêtes empiriques sur Adolf Eichmann, l’expérimentation de Stanley Milgram, et les perpétrateurs ordinaires de la Shoah, mon travail actuel consiste à me demander ce qu’il reste de la thèse de la banalité du mal ou de l’obéissance à l’autorité, à supposer même qu’il en reste quelque chose. 

La réinterprétation que je m’efforce d’élaborer repose sur trois principes. D’abord, notamment à la suite des remarques informelles faites par Browning lors d’un colloque que j’ai organisé, j’accorde davantage de poids aux narrations des auteurs plutôt qu’à leurs théories, mettant ainsi en évidence des tensions entre ce qu’ils racontent et ce qu’ils analysent. Ensuite et corrélativement, dans la lignée de mes réflexions sur le rôle de l’empathie dans les enquêtes sociologiques et historiques (“Introspective social knowledge”, “Knowing Monsters and Knowing Oneselves”), je suis d’abord attentif à comprendre la temporalité vécue des agents, que ce soit Eichmann, les sujets de Milgram ou les hommes du bataillon 101. Enfin, mon interprétation s’inscrit dans le cadre théorique de l’ontologie sociale. Mes travaux sur les rapports entre métaphysique et expérimentation (“The antimetaphysical argument against scientific realism”, “Le nouveau problème de la démarcation entre science et métaphysique”, “Métaphysique et sciences”) m’ont amené à dénoncer l’illusion positiviste suivant laquelle l’interprétation des données empiriques pourrait être pure de présupposés ontologiques, mais sans céder à la subjectivation de la connaissance qui est souvent associée au rejet du “mythe du donné”. La conséquence méthodologique que j’en tire est qu’il faut tout simplement associer l’interprétation d’une expérimentation de discussions ontologiques ou métaphysiques sur la valeur objective des concepts mobilisés pour rendre compte des résultats expérimentaux ou des données historiques. En l’occurrence, la branche de la métaphysique qui doit être mobilisée est l’ontologie sociale, domaine interdisciplinaire en pleine expansion et discutant notamment les concepts d’agentivité et de responsabilité collective, de complicité, de normes, de règles, de groupes, de sujet collectif ou pluriel, distinguant différentes variétés d’autorité, ce qui, en ouvrant le vocabulaire conceptuel disponible, permet d’affiner la description des faits décrits par Milgram, Arendt ou Browning.

L’hypothèse que je défends (“La lettre volée de Stanley Milgram comme fondement d’une interprétation normative de son expérience”) est que les participants à un génocide n’obéissent pas à une autorité, mais à une norme qu’ils jugent bonne. Pour reprendre la question de l’Eutyphron, ce n’est pas parce que l’autorité est autorité que les normes qu’elle soutient sont jugées bonnes, mais parce que des normes sont jugées bonnes que les personnes qui les soutiennent sont considérées comme des autorités. Pour défendre cette thèse, je suis amené à m’interroger sur le mode d’existence des normes, et soutiens que des normes nouvelles peuvent exister localement et de manière éphémère, mais suffisamment longtemps pour motiver à agir, tout en étant moralement mauvaises.


Publications récentes :

“La lettre volée de Stanley Milgram comme fondement d’une interprétation normative de son expérience” Philosophia Scientiæ, à paraître.

“Le nouveau problème de la démarcation entre science et métaphysique” Lato Sensu, à paraître.

The Anti-metaphysical Argument against Scientific Realism. A minimally Metaphysical ResponseGeneral Journal for the Philosophy of Sciences, vol. 53, n° 3, 2021.

La piste des stances dans l’enquête sur la post-véritéLes Cahiers Philosophiques, n° 164, 2021.

Le pouvoir détériorant de la fictionNouvelle Revue d’Esthétique, n° 17, 2016.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search