Paul-Antoine Miquel Professeur des universités


La première partie de mes travaux porte sur l’analogie à travers laquelle Bergson analyse la relation entre la durée vécue par la conscience, et ce qu’il nomme “la durée immanente au tout de l’univers”. Elle est développée dans son ouvrage de 1907, L’évolution créatrice, mais elle trouve sa source dans Matière et mémoire. Ma thèse est que cette analogie complexe, conduit l’intuition à sympathiser avec une forme de durée redoublée qui n’est plus simplement immanente au monde vécu de la conscience (Bergson ou l’imagination métaphysique, Kimé 2007).

L’analyse de cette analogie m’a engagé d’abord à réfléchir sur les transformations importantes opérées par Bergson sur les relations entre intuition et intelligence. En 1903, dans Introduction à la métaphysique, il mettait l’accent sur le caractère relatif, artificiel et symbolique de l’intelligence. Pourtant dans l’ouvrage de 1907, la science est présentée comme prenant part à l’absolu. La science engage ontologiquement. Réciproquement, l’intuition n’est plus la saisie immédiate des vécus de conscience. Elle chevauche l’intelligence.

J’ai essayé de montrer que ce redoublement ouvrait les portes d’une philosophie du devenir qui ne coïncidait plus que très grossièrement avec la philosophie spiritualiste de la conscience que l’on prête d’ordinaire à Bergson, quand on ne l’a pas lu de près. Mais contrairement à la lecture de Deleuze qui va dans une direction similaire, j’ai mis en valeur le rôle et l’importance de la science. J’ai aussi donné à partir d’elle une interprétation de la théorie des deux ordres qui constitue pour moi le socle de l’ontologie bergsonienne : une ontologie qui n’est pas duelle, mais duale et qui trouve son secret dans le mouvement contraire et polarisé du spirituel vers lui-même. Cette théorie nous engage à ne plus penser l’absolu comme complet et comme complètement intelligible. L’absolu, qu’il soit vie ou matière, est défini par l’inachèvement, puisque ce qu’il n’est pas, n’est jamais du rien. C’est au contraire à chaque fois un autre visage de lui-même. Des formes de collaborations se sont développées autour de cette lecture, notamment avec Pearson (Warwick), During (Nanterre), Hwang (Séoul), Hirai (Fukuoka), Ronchi (L’aquila) et tous les membres de la société des amis de Bergson.

Puis je me suis lancé dans un travail d’épistémologie critique qui a démarré avec la critique des métaphores informatiques en biologie moléculaire (Programme génétique : concept biologique ou métaphore ?, Kimé, 2001, avec M.-C. Maurel) et les apports des théories de l’auto-organisation en biologie (Qu’est-ce que la vie ?, Vrin, 2007). Il s’est effectué dans la lignée des travaux d’Henri Atlan dont j’ai suivi pendant deux ans les cours de biologie théorique, à l’EHESS.

J’ai entamé ensuite une seconde recherche en épistémologie critique (avec A. M. Soto et C. Sonnenschein, “On physicalism and downward causation in developmental and cancer biology”, Acta Biotheoretica, vol. 56, n° 4, 2008 ; avec S. Perovic “On gene’s action and reciprocal causation”, Foundations of Science, vol. 16, 2011, qui visait à montrer que ni le modèle réductionniste, ni le modèle émergentiste anglo-saxon (Lloyd Morgan, Kim, Sober, Rosenberg, Kaplan) ne permettaient de poser convenablement le problème de l’organisation biologique, notamment parce qu’ils reposent tous les deux sur une hypothèse métaphysique qui est celle du physicalisme. J’ai fourni dans l’un de ces articles un argument critique pour discuter cette hypothèse.

Enfin depuis 2013 ma réflexion s’est focalisée sur le problème de l’individuation biologique, et sur la différence entre le concept d’individu et le concept d’individuation. J’ai tenté de développer dans plusieurs articles (avec S.-Y. Hwang “From physical to biological individuation”, Prog Biophys Mol Biol, vol. 122, n° 1, 2016) l’idée héritée de Simondon (1964) que l’individuation biologique est une individuation redoublée, mise en scène par elle-même et “sur son propre théâtre”. J’ai montré comment on pouvait exprimer cette hypothèse dans un langage formel, dont j’ai esquissé grossièrement quelques éléments, suffisants toutefois pour procéder à des comparaisons instructives, avec la biologie théorique néo-varelienne (notamment, Rosen, puis Mossio et Moreno), et avec l’hypothèse de criticité étendue suggérée par Bailly et Longo, puis Longo et Montévil. J’ai opéré également des rapprochements entre cette conception de l’organisation biologique et les thèses organicistes développées par Soto et Sonnenschein. Ces travaux se sont faits en collaboration avec l’Université de Belgrade (Perovic), de Lisbonne (Vecci), l’IHPST (Mossio), du Pays Basque (Moreno), le centre Cavaillès à l’ENS Ulm (Montévil, Longo) et Tufts University à Boston (Soto et Sonnenschein). Des collaborations plus locales existent entre des membres de notre groupe (Miquel, Hernandez, Tahar, Boisseau) et l’Université de Toulouse 3 (notamment, Miquel, Lounès, Capp et Théraulaz).


Publications récentes :

Bergson ou l’imagination métaphysique Paris, Kimé, 2007.

(avec S. Perovic, A. Korenic et M. Cirkovic) “Symmetry breaking and functional incompleteness in biological systems” Prog Biophys Mol Biol, vol. 150, 2020.

(avec S.-Y. Hwang) “From physical to biological individuationProg Biophys Mol Biol, vol. 122, n° 1, 2016.

(avec G. Longo, C. Sonnenschein et A. M. Soto), “Is Information a proper observable for biological organization?Prog Biophys Mol Biol, vol. 109, n° 3, 2012.

(avec A. M. Soto et C. Sonnenschein), “On physicalism and downward causation in developmental and cancer biology” Acta Biotheoretica, vol. 56, n° 4, 2008.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search