Patricia Verdeau Professeure agrégée


Mes premiers travaux ont porté sur la question de la personnalité dans la pensée bergsonienne, à partir des “Gifford Lectures” d’Édimbourg (1914) et des “Conférences de Madrid” de 1916 (La Personnalité au centre de la pensée bergsonienne, Éditions Peeters, 2011). Ce fut l’occasion de mettre à l’épreuve ce propos de Bergson selon lequel le problème de la personnalité est sans doute “le problème central de la philosophie”. En relisant ses œuvres à partir de ce concept et de son progrès, j’y ai découvert l’apport fondamental du concept de continuité, qui occupe encore aujourd’hui mes recherches. Ma thèse a été de poser que, dans la pensée bergsonienne, cette continuité personnelle de changement permet de repenser le rapport au monde.

C’est dans le sillage de recherches sur le concept de continuité que je me suis intéressée aux rapports entre Bergson et le positivisme anglais, notamment la pensée de Spencer. J’ai essayé de montrer comment a pu évoluer un dialogue entre eux. Ce dialogue est, comme je l’ai montré, nourri d’une reconnaissance à l’égard de la pensée spencérienne fondée sur une attention au fait et, par ailleurs, d’un dépassement dans le sens d’un nouvel évolutionnisme (“Bergson et Spencer”, Annales bergsoniennes III, PUF, 2007, p. 361-377). D’ailleurs, les relations qu’entretiennent la pensée bergsonienne avec d’autres pensées des XIXe et XXe siècles constituent encore aujourd’hui l’un des axes de mes recherches.

L’analyse du concept d’évolution m’a conduit ensuite à l’envisager dans le domaine de l’éducation, où bien des processus d’évolution sont en lien. C’est dans ces conditions que j’ai analysé la manière dont des processus de connaissance sont confrontés à la présence de normes et d’idéologies (Idéologies de l’enfance et éducation dans le travail de Fernand Deligny. Anthropologie, pédagogie, politique, ouvrage collectif dirigé par Patricia Verdeau et Antoine Janvier, Toulouse, Europhilosophie Éditions, 2017). Ces travaux m’ont amenée à un regard épistémologique sur les processus de recherche liés à l’éducation et à l’apprentissage, mais aussi sur les disciplines (Philosophie(s) de l’éducation. Perspectives épistémologiques (dir.), 2017). Mes recherches se sont poursuivies en établissant des liens entre des philosophies de l’éducation et des philosophies de la connaissance. J’ai pu montrer, dans différents articles, comment une philosophie de la connaissance permettait, par exemple, d’éclairer une philosophie de la citoyenneté ou de la laïcité.

Ma réflexion s’est ensuite attachée à prendre la mesure des processus présents dans l’enseignement et à penser la nature même de ces processus, dès lors que cet enseignement est philosophique (L’Enseignement philosophique. Quelle(s) spécificité(s) ? (dir), 2014). J’ai ainsi été amenée à étudier le curriculum – qui entrecroise bien des continuités –, au point de le considérer comme un objet fondamental d’une pensée de l’éducation, à travers ses enjeux et ce qu’il permet de découvrir (ce point est notamment développé dans Approche philosophique d’une didactique de la philosophie, éditions Lambert-Lucas, 2021). Il en va d’une complexité de l’acte d’apprendre, mais aussi de son rapport au temps.

Dans ce sillage, mes derniers travaux s’intéressent particulièrement à une pensée de l’éducation face à l’incertitude du monde, à la manière dont une éducation prend place dans un rapport à l’Anthropocène, mais aussi à une transition, au sujet de laquelle j’essaie de penser un jeu de continuités et de discontinuités, tant entre le passé et l’avenir qu’entre l’homme et le monde. Il en va de nouvelles manières de penser le sujet et son action (“Curriculum, continuité, discontinuités, ou la prise en compte d’une incertitude problématique de l’anthropocène”, Annuel de la Recherche en Philosophie de l’Éducation – Volume II, mars 2022).


Publications récentes :

“Curriculum, continuité, discontinuités, ou la prise en compte d’une incertitude problématique de l’anthropocène” Annuel de la Recherche en Philosophie de l’Éducation – Volume II, 2022.

Approche philosophique d’une didactique de la philosophie Limoges, Lambert-Lucas, coll. “Didac-Philo”, 2021.

(dir. avec Antoine Janvier) Idéologies de l’enfance et éducation dans le travail de Fernand Deligny. Anthropologie, pédagogie, politique Toulouse, Europhilosophie Éditions, 2017.

Entre le maître et l’élève. Étude sur Le Maître ignorant de Jacques Rancière” Le Télémaque, n° 44, 2013.

La Personnalité au centre de la pensée bergsonienne Louvain-La-Neuve, Éditions de l’Institut Supérieur de Philosophie, Paris/Louvain, Peeters, 2011.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search