Matthieu Renault Professeur des universités


Matthieu Renault est, depuis septembre 2023, Professeur en Histoire critique de la philosophie à l’Université Toulouse – Jean Jaurès et membre de l’ERRaPhiS.

Auteur d’une thèse de doctorat (Paris Diderot, Université de Bologne) sur la pensée de Frantz Fanon soutenue en septembre 2011, il a été postdoctorant à la London School of Economics and Political Science sous la supervision de Paul Gilroy (2012-2013) puis dans le cadre du projet Pres Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains » (2013-2015). Il a ensuite rejoint l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis où il a été Maître de conférences en Philosophie contemporaine et anthropologie critique de 2015 à 2023, responsable notamment d’un Master de philosophie en double diplomation avec l’École normale supérieur de Port-au-Prince (Haïti), et où il reste associé au Laboratoire d’études et de recherche sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP). Il a soutenu au mois de janvier 2023 son Habilitation à diriger des recherches sous le titre Chronotopolitiques.

Il co-dirige en outre avec Christine Chivallon (LC2S, CNRS) le groupe de recherche inter-institutionnel « Mondes de la Colonialité et TransModernité » (MCTM), basé à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme à Paris. Il est également chercheur affilié au Sarah Parker Remond Centre for the Study of Racism and Racialization du University College London, et membre du comité de rédaction de la revue Actuel Marx.

Ses recherches se déploient selon quatre lignes d’investigation entremêlées :
– Décoloniser/déracialiser la philosophie : Il s’agit d’examiner et de systématiser les effets de déplacement théorique induits par les déterritorialisations extra-européennes du savoir philosophique, ses reterritorialisations en « pays dominé » et ses réappropriations critiques et transformatrices par les sujets (post)coloniaux et racisés eux et elles-mêmes. Participant de la réécriture d’une histoire de la philosophie moderne et contemporaine depuis les périphéries de son lieu de gestation et de maturation, ces recherches se doublent d’une réflexion sur les modalités de la constitution, de la délimitation et de la préservation du canon de la discipline, et sur la nécessité de le décentrer pour donner droit de cité à tout un ensemble de « savoirs mineurs » dans les reconfigurations contemporaines de la pensée philosophique.
– Une histoire globale de la philosophie à l’âge classique : l’enjeu est d’opérer une relecture critique de la philosophie classique (XVIIIe-XVIIIe siècles) visant à recouvrer, à l’intersection de la philosophie politique et des théories de la connaissance, la part jouée par l’expansion coloniale et capitaliste européenne dans l’émergence des problèmes matriciels de la modernité philosophique. Plus spécifiquement, l’objectif est: i) de dégager les conditions (historiques, sociales, politiques) et les modalités conceptuelles de la formation de géophilosophies, et plus spécifiquement de thalassophilosophies corrélées aux impératifs de la formation d’« empires des mers » ; ii) d’examiner les reconfigurations coloniales de la notion antique et médiévale d’empire/imperium sous la forme de processus de « recyclage » et de réinvention dont la mise au jour sape la thèse de sa disparition pure et simple au profit de la forme-État(-nation).
– Matières globales. Les révolutions du savoir : Prenant pour objet le matérialisme historique comme « théorie voyageuse » par excellence, et les marxismes non-européens en particulier, ces investigations interrogent les processus de traduction-refonte des savoirs de l’émancipation dans le contexte des processus révolutionnaires à l’échelle globale (Révolution haïtienne et Révolution russe en particulier). Elles incitent également à aller au-delà du partage Occident/mondes non-occidentaux (sans remettre en cause son rôle structurant au long des cinq derniers siècles) pour explorer des configurations géo-politico-théoriques plus complexes et enchevêtrées. Elles invitent enfin à penser les conditions de la re-formation de philosophies de l’histoire mondiale aptes à intégrer l’irréductiblité multiplicité des manière de faire, de raconter et de penser l’histoire, question indissociable de celle de la réactivation d’une histoire matérialiste de la philosophie.
– Mythologiques de la philosophie : Élaboré au long d’un travail recherche sur les réécritures (psychanalytiques, littéraires, marxistes, féministes, antiracistes, etc.) de la dialectique « hégélienne » du maître et de l’esclave depuis les années 1930 jusqu’aujourd’hui, au cours duquel s’est peu à peu forgée la méthode d’un « structuralisme des points de vue », ce programme de recherche se propose de contribuer à l’effort collectif en cours pour travailler à une anthropologie de la philosophie, en appréhendant et en analysant les savoirs de la modernité en tant que mythe(s) à part entière, ce qui implique aussi d’expérimenter d’autre manières d’écrire l’histoire de la philosophie et d’autres manières de la pratiquer.


Publications récentes :

Maîtres et esclaves. Archives du Laboratoire d’Analyse des Mythologiques de la modernité Paris, Les Presses du réel, 2024.


(avec Olga Bronnikova) Kollontaï. Défaire la famille, refaire l’amour Paris, La fabrique, 2024.


(avec Magali Bessone) W.E.B. Du Bois. Double conscience et condition raciale Paris, Éditions Amsterdam, 2021.


L’empire de la révolution. Lénine et les musulmans de Russie Paris, Éditions Syllepse, 2017.


C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir » Paris, La Découverte, 2016.


L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne Paris, Éditions Amsterdam, 2014.


Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search