Mathilde Debbiche Doctorante

Intitulé “‘Vivre de’. Repenser la philosophie de l’existence au prisme de la question noire et de la question animale”, mon projet se propose de repenser les questions ontologiques propres à l’anthropologie philosophique de manière inédite dans le champ francophone en philosophie de la nature puisqu’il s’agit d’interroger le rapport humain/animal à la fois à partir d’une philosophie de l’existence inquiétée par les apports des études féministes sur le spécisme et par les études critiques de la race. Ces questions ontologiques relatives au rapport humain/animal que nous aimerions interroger en prenant comme site d’élaboration philosophique l’histoire de l’esclavage transatlantique sont en effet les suivantes : dans quelle mesure en effet le mode de production existentiel de l’esclavage transatlantique est-il non seulement producteur de différences ontologiques radicales entre homme et femme, humain et animal, mais surtout : comment est-ce que des signifiants comme la bestialité ont pu être utilisé pour disqualifier à la fois les prétentions à l’humanité des femmes et des hommes de couleur, et celles des animaux à la dignité ? Mais aussi comment le sort d’êtres voués à être consommés, mangés, que ce soit de manière métaphorique ou réelle, nous présente-t-il des formes inédites de résistance à la violence ?

J’ai pour objectif principal de dégager un en-commun de l’existence humaine et animale en prenant appui sur l’explicitation des logiques de minoration et d’appropriation liées aux formes d’assujettissements historiques, tout en restituant la densité des scènes historiques et anthropologiques où cet en-commun a pu s’élaborer – pour en retour nous interroger et nous éclairer sur les nouvelles formes de solidarités et de pensées en commun, écologiques, féministes et antiracistes. La centralité du statut à accorder à la chair comme viande est importante à relever dans la mesure où manger n’est pas qu’un acte de régénération corporelle mais une pratique symbolique, insérée au cœur d’un socius et d’une cosmogonie qui lui donnent son sens existentiel. Dès lors s’interroger sur ce qui de l’humain ou de l’animal se mange c’est réévaluer les bases ontologiques par lesquelles des mondes se soutiennent.


Publications récentes :

Dans l’ombre de la cuisine : de la rassurante marmite à l’espace-extérieurLoxias, 77, 2022.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search