Elsa Dorlin Professeure des universités


Elsa Dorlin est professeure de philosophie politique contemporaine au département de philosophie de l’Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J) et co-directrice d’ERRAPHIS.

Elle a soutenu une thèse d’histoire de la philosophie à l’Université Paris Sorbonne publiée en 2006 aux éditions La Découverte sous le titre La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, contribution à la philosophie politique depuis l’anthropologie philosophique et médicale (XVIIe-XVIIIe), le corpus de l’égalité des sexes et les archives relatives à la naissance de la médecine moderne (gynécologie, obstétrique, physiopathologie) et de l’esclavagisme transatlantique.

Elle a été maîtresse de conférences en histoire de la philosophie histoire des sciences à l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 2005 à 2011 et a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2009 pour ses travaux en philosophie féministe, genre et sexualité ; et elle a animé le programme ANR Biosex” centrée sur l’épistémologie historique des conceptualisations et représentations de la différence sexuelle et raciale dans les sciences biomédicales modernes et contemporaines (2007-2010).

Au carrefour de la philosophie foucaldienne, des épistémologies et philosophies féministes en particulier celle de Judith Butler et des traditions matérialistes (en particulier la philosophie africaine-américaine et caribéenne francophone), elle a développé une réflexion sur une analytique de la domination (comment penser le rapport entre les rapports de pouvoir, de genre, de classe et de race, depuis la philosophie, l’histoire et les sciences sociales) et une phénoménologie de la domination (notamment à partir de l’œuvre de Frantz Fanon).

Son livre, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la philosophie féministe, publié aux PUF en 2008 a fait l’objet de plusieurs rééditions jusqu’en 2023 (coll. Quadrige). Elle a également dirigé Black Feminism. Anthologie du féminisme Africain-Américain (1975-2000), L’Harmattan, 2009, Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, 2009 et co-dirigé Penser avec Donna Haraway, Paris, PUF, 2012.

Visiting Associate Professor dans le programme de Critical Theory à l’Université de Berkeley en Californie (2010-2011), elle soutient son HDR la même année sur “Corps, subjectivité et violence” et rejoint l’Université Paris 8 comme professeure de philosophie sociale et politique. En 2017, elle publie Se défendre. Une philosophie de la violence chez Zones qui reçoit le prix Frantz Fanon de la Caribbean Philosophical Association, ouvrage traduit en une dizaine de langues.

En 2018-2019, elle devient Abigail R. Cohen Fellow au Columbia Institute for Ideas & Imagination puis en 2020-2021, Senior Fellow à la Fondation Camargo à Cassis. Elle a également codirigé avec Isabelle Clair Photo de famille. Penser les vies intellectuelles d’un point de vue féministe, EHESS, 2022.

En 2021, elle est élue à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et codirige l’équipe de recherche ERRAPHIS, elle est également membre du MCTM (Mondes caribéens et transatlantiques en mouvement, CNRS/LC2S).

Ces travaux portent sur la philosophie du corps, l’État et le néolibéralisme, l’idéologie et le continuum des violences sociales, politiques et sexuelles. Elle a publié récemment Feu ! Abécédaire des féminismes présents (avec plus d’une soixantaine de contributions) et Guadeloupe, Mai 67. Massacrer et laisser mourir chez Libertalia (2021 et 2023). Elle mène depuis quelques années une collaboration avec la chorégraphe et metteuse en scène Gisèle Vienne notamment à travers un séminaire au CND “Travailler la violence”. Elle achève également une histoire philosophique du patriarcat et ses recherches en cours portent sur la perception du capitalocène et la notion de déni.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search