Claire Mélot Doctorante

 

Titre de la thèse : “Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace”

Résumé de la thèse : Que se passe-t-il dans l‘écart entre la richesse de nos expériences spatiales et le spectre de nos moyens d’expression pour les partager ? En des temps de distorsions discours-réalité où les espaces de liberté se raréfient, il importe de se demander comment sont façonnés nos rapports à l‘espace et où trouver des leviers pour conserver des qualités d‘ouverture à ceux-ci.

Nombre de termes dont nous disposons pour évoquer l’ “espace” sont issus de domaines bien spécifiques des sciences et servent d‘abord dans leurs champs respectifs à la mesure et à l‘évaluation. Que fait la prédominance de ces champs lexicaux dans nos quotidiens à nos expériences spatiales ? L’architecture est censée proposer les conditions matérielles de l’accueil, or nous habitons des espaces conçus au sein de territoires en néo-libéralisation croissante où le discours devient, de manière inquiétante, la réalité. Comment la prédominance de discours qui instrumentalisent lieux et usages à des fins économiques ou politiques s’inscrivent-ils dans nos corps et dans nos vies?

La thèse propose d‘aborder les gestes pratiques de l’assemblage en architecture et en art comme un seuil d‘improvisation, un moment où les choses se touchent, où s’inventent des figures et des formes ne répondant plus à un principe premier, ni causal, ni d’autorité. Ce faisant, ils permettent d’envisager une pratique de la matière comme relation.

Ainsi, de l’espace grec excluant à la notion de “struction” développée par Nancy, et en passant par nombre de pratiques plus silencieuses, la recherche explore dans une dimension interdisciplinaire des figures de l’assemblage et le projet politique de l‘accueil. Les emprunts théoriques mobilisent à la fois une phénoménologie critique (à partir de Nancy, Arendt, Nietzsche, Husserl) et des travaux issus du courant post-structuraliste (Barad, Haraway, Butler, Deleuze, Derrida).


Publications récentes :

“L’espace comme relation. Texte, architecture, sculpture” Revue Textimage (à paraître)

“Se reconnaître”, introduction à Une conversation, Annie Ernaux et Rose-Marie Lagrave, EHESS (à paraître)

Les rapports de pouvoir en littérature : Introduction” avec Sarah C. Hechler et Claire Tomasella (co-dir) dossier thématique “Les rapports de pouvoir en littérature”, Trajectoires, n° 15, 2022.

Alain Damasio – se tenir debout dans l’ouvert : La horde du contrevent / Les furtifsDiffrakt, 2020.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search