Atiogbé Jacques Koudjodji Docteur


“Analyse du concept d’erreur dans la philosophie biologique de Canguilhem”

Dans la perspective de la connaissance de la vie, on peut historiquement relier la modernité de ce projet aux travaux de Claude Bernard. Par conséquent, sa portée méthodologique se comprend en se référant à l’Introduction à l’Étude de la Médecine Expérimentale. Dès lors, on assiste dans la connaissance de la vie à une tendance positiviste qui prend sa légitimité scientifique dans le principe de cause à effet. De là, il est logique de penser que la réalité biologique s’inscrit dans la même logique déterministe que la matière inerte. Mais, la réalité biologique n’a-t-elle pas sa propre caractéristique ? Il convient alors de chercher à comprendre la signification particulière des erreurs de la vie.

L’hypothèse ici, est que la biologie moderne conjugue et rejette à la fois le concept d’erreur. Ce qui fait que le concept d’erreur est irréductible dans un double processus tels que celui de la connaissance de la vie et du processus vital lui-même. C’est pourquoi, la modernité de la biologie s’exprime sous la forme d’une rupture par rapport à la conception traditionnelle de l’observation. Or, traditionnellement la connaissance de la vie se fondait sur des concepts qui font référence au comportement, le milieu et au principe d’organisation du vivant. Dans cette perspective, le vivant ne peut être compris que dans un processus d’interaction. Toutefois, la notion d’organisation structurelle posée comme postulat de la conception traditionnelle limite par principe l’exploration interne du vivant. Or, il apparait que le vivant serait un ensemble complexe dont l’intériorité est ouverte sur l’extériorité. Ainsi, l’exploration interne sous l’essor de la biologie moderne et expérimentale ont fait apparaitre des termes nouveaux et novateurs. Ce sont donc, des notions nouvelles comme : cellule, molécule tissus, qui déterminerons l’organisation structurelle du vivant dans un premier temps. Dans cette biologie moderne, tout ce se passe sous la forme d’une continuité réductible. C’est donc, ce qui autorise le prolongement de la matière vers le monde du vivant. Passer donc du monde de la matière brute à la matière vivante est donc légitimé par le principe de décomposition de la matière et non structurelle. La matière vivante et la matière inerte se résumeraient donc l’une à l’autre par le principe de composition et de décomposition. C’est donc dans le prolongement évident de cette biologie que la notion d’erreur prend une connotation de fausseté et d’imperfection. Ce qui fait appelle donc à une nécessité de correction. Telle est donc la trame de notre analyse qui pose sous un joug nouveau la question des ratés de la vie et de leur devenir.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search