Anne Coignard Docteure


Mon activité de recherche en philosophie porte sur les relations entre philosophie et littérature et la phénoménologie. 

J’ai d’abord travaillé sur l’expérience de lecture, et notamment sur ce qu’on appelle parfois la lecture « naïve », celle du lecteur prétendument immature, qui cherche dans cette expérience l’occasion d’une évasion ou d’une identification. Ma thèse de doctorat soutenue en 2011, Lecture romanesque et imagination : le flux subjectif de l’expérience et ses marges, se proposait de faire une phénoménologie de la lecture de roman en prenant appui sur la notion husserlienne de phantasia. A cela se sont ajoutés, notamment dans le cadre du séminaire « Emma, c’est nous », co-organisé avec Létitia Mouze, plusieurs travaux qui visaient à analyser la manière dont le discours théorique valorise ou discrédite certaines attitudes de lecture, mais aussi d’examiner ce que font à la littérature les lecteurs-philosophes (Deleuze, Richir, Derrida ou Ricoeur, par exemple).  

Une autre direction de travail s’emploie à étudier spécifiquement certaines œuvres littéraires comme étant le lieu dans lequel se rejouent certaines questions philosophiques. J’ai ainsi travaillé sur la question de la responsabilité pour les morts anonymes dans le Fil de l’horizon d’Antonio Tabucchi, sur l’irresponsabilité de l’artiste à partir de Tonio Kröger de Thomas Mann, des relations entre genre et subjectivité avec Orlando de Virginia Woolf. Plus récemment, un travail sur Les Cercueils de zinc de Svetlana Alexievitch m’a permis d’interroger la littérature comme lieu d’une potentielle circulation de la violence.

Aujourd’hui, un nouveau chantier de travail se propose d’explorer le nouveau genre littéraire qui est en train de se constituer autour de la maladie neurologique, notamment Alzheimer, et des récits de proches aidants. Les questions qui s’amorcent sont les suivantes : comment se figure-t-on une intériorité qui ne s’exprime plus ? Qu’est-ce qu’être en contact avec celui qui n’est plus en contact avec lui-même ?


Publications récentes :

“Maternité et responsabilité : de l’éthique lévinassienne à une politique féministe” in : M. Raguin et H. Barthelmebs (dir.) Maternité(s) (à paraître)

Relation érotique et effémination dans Totalité et Infini d’Emmanuel LevinasAlter, n° 30, 2022, p. 51-70.

Ne joue pas à Orlando qui veutPlasticité, n° 1, 2017.

Imagination et lecture selon Ingarden : la délicatesse de l’imaginationBulletin d’Analyse Phénoménologique, vol. 13 (3), 2017.

La rencontre imaginaire entre le lecteur et le personnage : en deçà de l’image” in : A. Dufourcq (dir.) Est-ce réel ? Phénoménologies de l’imaginaire, Leiden-Boston, Brill, 2016.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search