Colloque international “Marcien Towa et la question du développement en Afrique”

 

Les jeudi 30 et vendredi 31 mars 2023, de 8h à 17h, à l’Université de Lomé, Grande salle du Centre International de Recherche et d’Étude de Langues – Village du Bénin.

Programme :

Conférence inaugurale, 30 mars 2023, Professeur Yaovi Akakpo
Conférence, 31 mars 2023, Professeur Aklesso Adji

Communications :
Enseignants-chercheurs : Jean Christophe Goddard, Hourya Bentouhami (Université Toulouse Jean-Jaurès), Siméon Owono Essama (Université catholique d’Afrique centrale), Norman Ajari (Université d’Édimbourg), Abbed Kanoor (Université de Tübingen), Essonam Bini et Charles-Grégoire Dotsè Alosse (Université de Kara), A. Ayawo Amewu, Ekue Folikoue et Koffi Agnide (Université de Lomé)
Doctorants : Wilfried Boutora, Wiyao Badaka, Kossi Emmanuel Dolou, Alain Christophe Ngosso, Blerina Hankollari, un doctorant d’Akakpo, un doctorant d’Aklesso, un doctorant d’Akue, un doctorant de Kouvon, un doctorant d’Alosse, un doctorant de Folikoue, un doctorant de Napakou, un doctorant d’Amewu, deux doctorants de Tonyeme

Argumentaire :

La question du développement des États africains est de nos jours au cœur des premières préoccupations des intellectuels, chercheurs africains et africanologues. La recherche des voies et moyens pour le progrès du continent intéresse particulièrement les philosophes qui se sont penchés depuis les indépendances sur cette question. En effet, l’histoire de la philosophie en Afrique a été marquée par les pensées et l’engagement de plusieurs philosophes pour la libération et le progrès du continent. Que ce soit chez Marcien Towa, Fabien Eboussi Boulaga, Théophile Mwené Ndzalé Obenga, Paulin Hountondji, Hubert Mono Ndjana, Souleymane Bachir Diagne, Yaovi Akakpo, cette question du progrès de l’Afrique sur tous les plans revient comme l’une des finalités essentielles du philosopher à l’époque contemporaine en Afrique. Parmi ces philosophes, Marcien Towa paraît particulièrement très intéressant pour deux raisons : d’abord parce qu’il est très peu sollicité parmi les philosophes africains sur la problématique du développement du continent, alors que non seulement son œuvre est dense sur la question, mais aussi elle est assez pertinente en la matière. Ensuite, elle se démarque plus radicalement du militantisme pour s’enraciner dans la philosophie du développement en posant les fondements rationnels d’une démarche non-mimétique en vue de l’appropriation du savoir adapté pour le développement du continent.
S’agissant de notre continent, le combat pour la libération vise ou doit viser l’émergence d’Afrique prospère, puissante et autocentrée, une Afrique formant un centre autonome de besoins et d’aspirations, d’expression, de conception, de décision et de réalisation sur les plans politique, économique et culturel. Tel est le sens de la révolution qu’il s’agit d’opérer. Cette appropriation consistera à « maîtriser à notre tour la science et la technologie moderne pour disposer de la force de la matière, au lieu de nous en prendre au matérialisme de la civilisation sous prétexte que le Noir serait essentiellement religieux et spiritualiste ». Cela passe par une révolution des mentalités et un recours à un examen critique des réalités socioculturelles africaines en vue de l’appropriation de soi comme premier pas vers le progrès africain. Marcien Towa qualifie cette démarche d’auto-révolution.
Face aux crises sociopolitiques et économiques que vivent les États africains, l’éveil philosophique serait une démarche indispensable pour trouver la voie d’une rénovation en vue de parvenir à une « néo-civilisation autonome, créatrice et progressiste ». Marcien Towa apparaît aujourd’hui comme un des philosophes qui peuvent permettre, en s’appuyant sur sa théorie du développement, d’opérer une telle révolution. En basant la libération de l’Africain sur la liberté, il prend appui sur le principe général de la rationalité humaine suivant lequel aucun peuple ne peut évoluer s’il est privé de sa liberté intellectuelle, spirituelle et culturelle qui est la substance de la liberté sociopolitique et économique. La philosophie de Marcien Towa œuvre donc pour sortir l’Africain de l’autorité despotique des systèmes idéologiques et politiques qui l’aliènent et l’assujettissent. En faisant la promotion de la liberté, Marcien Towa envisage le libre exercice de la pensée et de la raison. Sa critique du travestissement de la Négritude et son procès du colonialisme ont été des moyens intellectuels pour déconstruire les théories qui tendent à nier au Noir un usage efficient de la raison pour le renvoyer dans l’irrationalité et la pénombre d’une hypothétique société prélogique. En clair, dans la philosophie de Marcien Towa, tous les ingrédients sont présents pour poser le jalon de la réflexion et des actions en vue du développement du continent africain qui peine à s’affranchir du joug du néocolonialisme et à sortir de l’ornière.
De ce qui précède, on voit que la pensée philosophique actuelle sur le développement de l’Afrique s’enrichirait en renouant avec la philosophie de Marcien Towa. C’est pourquoi un colloque sur cet auteur en rapport avec les questions du développement du continent permettrait de revisiter ce philosophe dont la pensée est loin d’avoir livré toute sa richesse. Ce cadre de réflexion sera donc un lieu d’échange sur la pensée de Marcien Towa. Il sera également une occasion où les enseignants-chercheurs et les doctorants d’Afrique et de l’Occident pourront dialoguer sur de nouvelles pistes du développement de l’Afrique en partant de la philosophie de Marcien Towa. L’étude de cet auteur riche et plein d’intérêts permettra donc de dégager des instruments intellectuels qui serviront à relever les défis de l’heure qui se présentent aux États africains et à faciliter leur développement intégral.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cahen (17 mars 2023). Colloque international “Marcien Towa et la question du développement en Afrique” ÉQUIPE DE RECHERCHE SUR LES RATIONALITÉS PHILOSOPHIQUES ET LES SAVOIRS. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://erraphis.hypotheses.org/2401


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search